Conception du site internet : Conseil Formation Internet

La réforme de la formation professionnelle 9 mois après

En janvier dernier, la dernière loi sur la formation professionnelle est rentrée en application.

9 mois après, tentons de dresser un 1er bilan.

Il est vrai que ce 1er semestre a été plus que ralenti sur l’activité formation puisque les entreprises ont décidé de différer  de quelques mois le démarrage de leur plan de formation. On enregistre une baisse d’activité de 40% en moyenne sur cette période.

La mise en place très laborieuse du CPF, la disparition du DIF, les perturbations pour le bilan de compétences et les changements liés à la période de professionnalisation ont engendré un attentisme généralisé. Quelles décisions prises par les branches, quelles évolutions de la liste de l’inventaire, quelles conditions de prise en charge proposée par les OPCA, quelle procédure pour la mise en œuvre du CPF ?…..il était finalement plus prudent d’attendre et de profiter de cette période pour redéfinir les axes stratégiques et priorités de formation pour son entreprise.

Un CPF au ralenti

Même si les comptes CPF pouvaient effectivement s’activer dès le 1er janvier, l’engouement n’a pas été au rendez-vous.

La Délégation Général à l’Emploi et à la Formation Professionnelle dans son édito estival donne les derniers chiffres : 1,5 million de CPF titulaires activés, 12 000 dossiers CPF validés depuis le 5 janvier 2015.

Mise en œuvre du plan

Près d’un responsable formation ou DRH sur deux rencontre des difficultés dans sa mise en œuvre du plan, et 41 (*) d’entre eux souhaiteraient des clarifications. Les professionnels évoquent un manque d’information claire, notamment sur le CPF et son lien avec les autres outils. L’étude met également en exergue des inquiétudes sur l’optimisation des financements, avec 33 % d’entre eux qui redoutent une pression budgétaire suite à la mise en œuvre de la réforme.

(*) : baromètre formation de juillet du cabinet de développement des compétences Comundi

Moins de budgets, plus de formations intra, interne

De fait, 59 % des responsables formation et DRH interrogés estiment que la réforme va instituer une baisse des budgets, et 27 % jugent qu’elle va induire un développement des formations en interne. Ainsi, seuls 5 % d’entre eux pensent que les budgets vont se maintenir ou seront développés. Néanmoins, 38 % des personnes interrogées jugent que la réforme n’aura aucun impact sur la gestion des budgets formation.

Mais malgré tout, avec un budget équivalent et des financements à la baisse, les plans de formations seront mathématiquement moins importants.

Et si la mutualisation était une solution

Des entreprises de la région se sont réunies dès le début de l’année dans un collectif REZO afin de partager leur formation. Une sorte de « Blablacar » de la formation : une entreprise achète une formation intra à un organisme de formation pour 3 de ses salariés. Elle peut alors par l’intermédiaire de cette plateforme proposer des places aux entreprises voisines, qui en participant permettront à toutes de bénéficier de tarif ultra compétitif grâce à la proratisation. Ceci bien sur ne peut se mettre en oeuvre que pour des formations transversales, sans spécificité métier ou confidentielles. On peut arriver par ce système à trouver des prix 3 fois moins cher que ceux du marché. Cela compense largement la perte de financement ! Et puis, au-delà de l’argument financier, ce dispositif réinvente le système en rapprochant les entreprises, les actifs même de secteur complètement différents.

Deux entreprises sur trois n’ont pas développé d’actions de popularisation des outils de la réforme.

Parmi les outils de la réforme qui restent obscurs pour les DRH, il faut citer en premier lieu le CPF. Ainsi, 70 % des professionnels sondés n’ont mis aucune politique spécifique en place dans leur entreprise pour faire connaître ce dispositif. A contrario, 14 % des sondés ont développé des actions de communication internes, (réunions, affiches, livrets...), un accord GPEC, mis en relation leurs salariés avec un OPCA ou une stratégie d’utilisation du CPF orientée vers les langues. Enfin, logiquement, 77 % d’entre eux estiment que leurs collaborateurs sont mal informés sur la réforme.

À l’inverse, 66 % des sondés ont impulsé une réflexion sur la mise en œuvre des entretiens professionnels, même si seulement 17 % d’entre eux ont formé leurs managers à la pratique et 25 % de leurs collaborateurs. Plus globalement, 51 % estiment que la réforme va changer leur métier, qui s’orientera vers la GPEC, l’ingénierie financière, l’accompagnement des salariés ou encore des relations avec les OPCA. Ils supposent également que la nouvelle loi va renforcer la mise en adéquation des stratégies de formation avec les enjeux des entreprises.

Des ajustements attendus

En mai dernier et pour passer la vitesse supérieure, les branches qui n’avaient pas encore négocié s’étaient fait tirer les oreilles pour que les CPF notamment, puissent effectivement se mettre en œuvre. Des ajustements sont en cours à plusieurs niveaux.

Le compte personnel de formation

D’autres ajustements pourront suivre, parfois à la suite d’une évaluation, comme celle à venir sur moncompteformation.gouv.fr, portant sur l’accessibilité du portail, la navigation et la bonne compréhension par les titulaires.

Parfois sujet à polémique, la question des listes éligibles fait l’objet d’un bilan quantitatif : six mois après la mise en production de l’outil de gestion de listes, on compte une liste Copanef avec 2 018 occurrences (formations, certifications, actions de formation), 42 listes de Coparef publiées et 106 listes de CPNE de branche pour un total de 28 698 occurrences dont 955 certifications uniques.

Fortement réclamé par les organismes de formation souhaitant promouvoir l’inscription de tout ou partie de leur catalogue sur les listes CPF, l’inventaire est opérationnel et comptabilise 519 certifications au 5 juillet 2015. Objet d’une forte mobilisation des acteurs, les certifications en langues étrangères sont désormais toutes inscrites à l’inventaire.

Au chapitre des adaptations et mesures transitoires, la DGEFP souligne qu’il est possible de financer des « blocs de compétences » de certifications éligibles, dès lors que la « modularisation » a été prévue par le certificateur. De même, un code spécifique "Accompagnement à la VAE" a été créé, pour financer les actions d’accompagnement ainsi que le passage en jury. Afin d’éviter des retards, il est également permis aux OPCA, Opacif, Pôle emploi et aux Régions, de prendre en charge toutes les actions de formation relevant de la lutte contre l’illettrisme et des compétences clés, « dans l’attente que les partenaires sociaux habilitent les organismes » sur le socle de connaissances et de compétences professionnelles.

S’agissant du financement 0,2 %, les abondements pour assurer le financement de formations dont la durée est supérieure au capital CPF du demandeur, peuvent être pris en charge au titre des financements affectés au CPF par l’employeur ou par l’OPCA. L’abondement demandeurs d’emploi de 100 heures est également rappelé.

Pour que les situations réelles des potentiels bénéficiaires ne freinent pas l’accès au CPF, la DGEFP a identifié sept « processus salariés » et trois « processus demandeurs d’emploi ». Lesquels sont susceptibles d’ajustements, en fonction des remontées d’un comité de suivi des évolutions métiers créé pour l’occasion.

Le FPSPP prépare une application qui sera mise en ligne sur Moncompteformation.gouv.fr : un moteur de recherche pour orienter le titulaire vers son Opca. Pour une « transmission d’information plus rapide et plus fiable », le système d’information CPF a été conçu pour être interfacé avec les systèmes informatiques des différents opérateurs. À ce jour, 10 % du SI de Pôle emploi Aude Formation est « accroché » au SI CPF, avec un objectif de 100 % en décembre 2015. Après Uniformation, le Fafsea et Agefos-PME, 5 OPCA devraient être accrochés d’ici à la fin de l’été et 11 d’ici à fin 2015. Des solutions d’interfaçage par échange de fichiers avec les SI des conseils régionaux sont également à l’étude.

Par contre, bonne nouvelle, la liste des conditions de prise en charge des OPCA, ainsi que les correspondances CCN sont consultables depuis début septembre. http://www.fpspp.org/portail/easysite/fpspp/cpf/criteres-de-prise-en-charge-opca-au-titre-du-cpf, et http://www.fpspp.org/portail/easysite/fpspp/cpf/table-de-correspondance-naf-ccn-idcc-opca-opacif.

Conseil en évolution professionnelle

La DGEFP indique avoir initié et piloté, en lien avec le Copanef, l’ARF et les opérateurs du CEP cinq chantiers thématiques pour accompagner le déploiement de l’offre de service du CEP : homogénéisation de l’offre de service ; information et communication partagée ; élaboration d’un socle national d’indicateurs communs ; coordination pour la mise en œuvre ; professionnalisation des conseillers.

Tout en assurant que les professionnels du CEP accueillent d’ores et déjà les personnes actives qui expriment le souhait de bénéficier d’un conseil en évolution professionnelle, la DGEFP précise l’état d’avancement de la mise en œuvre du dit conseil au sein de chacun des opérateurs désignés par la loi (Apec, Cap emploi, Fongecif, Missions locales, Pôle emploi).

Pour plus d’informations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Validez vos compétences ou celles ce vos collaborateurs en langues étrangères. Avec le CPF, C’EST MAINTENANT !

Après de longs mois de discussions, d’interrogations et de problème d’accessibilité au dispositif, le CPF (Compte Personnel de Formation) est dorénavant un outil indispensable à vos projets de formation et notamment en langues étrangères pour lesquelles INFOLANGUES peut vous  accompagner.

Comme le DIF (Droit individuel à la Formation), le compte personnel de formation est crédité en heures à la fin de chaque année, dans la limite de 150 heures de formation sur 8 ans.

Pour les personnes travaillant à temps complet, il est alimenté de 24 heures par an les 5 premières années, soit un cumul de 120 heures, puis de 12 heures par an, pendant 3 ans, afin d’atteindre les 150 heures, plafond maximal.

Pour les personnes travaillant à temps partiel, les heures créditées sont calculées proportionnellement au temps de travail réalisé.

Qu’il s’agisse d’un projet personnel ou d’un projet via l’entreprise, le CPF peut être utilisé pour se former à l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien, le Français Langue Etrangère et autres langues à condition que la formation soit validée par une certification.

Il peut se faire pendant ou hors temps de travail, selon les accords de l’entreprise.

Les parcours de formation doivent être certifiés par les examens suivants : BULATS, TOEIC,  VOLTAIRE, TOEFL,  BEC DCL. (S’assurer que la branche professionnelle dont vous dépendez a bien validé l’un de ces examens). Le cas échéant, chaque branche donne lieu à un code CFP (Exemple pour chimie, BULATS en anglais : 131205). Voir dans la rubrique TITULAIRE de moncompteformation.gouv.fr et l’onglet « rechercher une formation ».

Le BULATS (anglais, espagnol, allemand,français FLE)

Le BULATS, Business Language Testing Service est un test multi-langues d'évaluation de niveau, de certification d'une formation et de benchmarking pour le monde professionnel.

Ce test de langues conçu par Cambridge English est utilisé et reconnu au niveau international (Echelle CECRL – A1 à C1).

Complet et fiable, il peut évaluer les 4 compétences (compréhension et expression écrites et orales).

Cette certification a une durée de validité de deux ans.

Le TOEIC

Le TOEIC, Test of English for International Communication est une des certifications standardisées permettant d'évaluer le niveau d'anglais des locuteurs non anglophones tant au niveau de l'écrit que de l'oral. Ces tests visent en particulier à évaluer les connaissances linguistiques du candidat dans un contexte professionnel, sans jamais pour autant entrer dans un jargon technique spécifique.

Chaque certification a une durée de validité de deux ans.

Le TOEFL

Le TOEFL Test of English as a Foreign Language est un test d'anglais langue étrangère standardisé qui vise à évaluer l’aptitude à utiliser et à comprendre la langue anglaise dans un contexte universitaire pour ceux dont l’anglais n’est pas la langue maternelle.

Cette certification a une durée de validité de deux ans.

Le BEC

Le Cambridge English Business est une série de 3 diplômes d’anglais indépendants : Preliminary (niveau CECR B1), Vantage (B2), Higher (C1) destinés à certifier le niveau d’anglais en contexte professionnel des collaborateurs des services administratifs, commerciaux, achats, etc, et des cadres en général.

Ces 3 diplômes :           

  • bénéficient du prestige de Cambridge English, le département d’évaluation linguistique de l’Université de Cambridge
  • sont reconnus internationalement
  • permettent de motiver l’apprenant tout au long de sa formation en lui donnant un but à atteindre
  • contribuent à une meilleure employabilité du salarié

Le DCL

Le DCL, diplôme de compétence en langue (DCL) est un diplôme national professionnel créé spécialement pour les adultes. Il correspond aux besoins du monde professionnel. L'examen consiste en une épreuve orale et écrite qui simule une situation de travail. Les candidats obtiennent le diplôme avec la mention d'un des cinq niveaux du cadre européen (A1 à C1) commun de référence pour les langues en fonction de la performance réalisée.

La certification VOLTAIRE

Le Certificat Voltaire est une certification de niveau en orthographe reconnue par les écoles et nombre d’entreprises.

Niveau 300 : Orthographe Technique - Aptitudes pour rédiger des textes simples. Recommandé pour les métiers dans lesquels s’échangent des consignes techniques simples.

Niveau 500 : Orthographe Professionnelle - Aptitudes pour rédiger des textes élaborés. Recommandé pour des managers, commerciaux, ingénieurs, techniciens supérieurs, assistants, secrétaires, etc.

Niveau 700 : Orthographe Affaires - Aptitudes pour rédiger des textes qui ont une portée stratégique ou légale, ainsi que pour relire et corriger les textes de collaborateurs. Recommandé pour des responsables grands comptes, assistants de direction, directeurs de service, juristes, avocats, notaires, etc.

Niveau 900 : Orthographe Expert - Recommandé pour les métiers liés aux lettres : relecteurs-correcteurs, rewriters, traducteurs, formateurs, coachs, etc.

INFOLANGUES est un centre agrée pour le passage des examens BULATS et TOEIC et peut vous préparer et vous inscrire aux autres certifications citées ci-dessus.

Comment bénéficier d’un parcours de formation langue étrangère certifié et réalisé par INFOLANGUES ?

Il vous suffit de contacter INFOLANGUES et faire part de votre projet.

INFOLANGUES vous guidera dans la définition des objectifs de votre formation en réalisant un audit linguistique dans la langue de votre choix. Il permet d’évaluer votre niveau actuel, le niveau visé, le contenu de la formation adapté et ciblé, le programme, le nombre d’heures, l’organisation, le choix de la certification.

INFOLANGUES peut également vous accompagner dans l’activation de votre compte CPF ainsi que pour toutes les démarches administratives.

Selon le nombre de personnes, pour des projets au sein d’une même entreprise, INFOLANGUES réalise une ingénierie qui permet les regroupements et le partage des coûts par participant.

A l’issue de l’audit, INFOLANGUES vous aide à monter votre dossier en vous adressant :

  • Les résultats de l’audit
  • Le devis TTC détaillé (coût pédagogique intégrant la certification, autres coûts tels que les frais de dossier, de restauration, d’hébergement le cas échéant)
  • Le programme
  • La convention de formation
  • Le « process » pour renseigner votre demande de dossier de formation sur le site moncompteformation.gouv.fr

INFOLANGUES fait le lien entre le demandeur, l’entreprise et l’OPCA concerné.

Cette deuxième partie de l’année 2015 est à saisir pour mettre en place des formations dans le cadre du CPF.

Les demandes n’ayant pas été très nombreuses durant le 1er semestre, les prises en charge devraient s’avérer plutôt généreuses et les abondements souvent accordés par les OPCA.

Ne perdez pas de temps !

Contactez-nous dès à présent : Dorothée BRIGNON au 04 76 22 78 20 ou 06 07 71 39 10.

Pour plus d’informations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Si vous ne désirez pas être dans cette liste de diffusion, merci de nous le signaler en nous adressant un mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

locker.pngmeribel.pngvisiotechnic.pngrhonealpes.pngsoitec.pngmaperga.pngtornier.pngcorsairfly.pnghardis.pnggroupedegaud.pnggolfgrenoblecharmeil.jpgfeuvert.pngactis.pngsaintjean.pngalstom.pnglaplagne.pngrhodia.pngrexor.pngcreditimmobilier.pngst.pngardi.pngdanone.pngdelicesdauphinois.pngclappaz.gifoptimex.pngcasino3vallees.pngesrf.pngfni.pnglenewcastel.pngccisavoie.pngcicorio.pngsafran.pngill.pngarkema.pngkrohne.jpgportalp.pnglinde.png